Le DFI décide de réduire les contributions des caisses-maladie aux prestations de soins à domicile

Le DFI a annoncé de réduire les contributions des caisses-maladie aux prestations de soins à domicile de 3,6% à partir du 1er janvier 2020. Pour Aide et soins à domicile Suisse, cette décision est incompréhensible, car elle contredit le principe de «l’ambulatoire avant le stationnaire». Il appartient à présent au financement résiduel de combler cet écart et de compenser entièrement la réduction de 3,6 %.

En décidant de réduire les contributions des caisses-maladie aux prestations d’aide et de soins à domicile, le DFI va à l'encontre du principe de «l’ambulatoire avant le stationnaire». Depuis des années, il y a une évolution délibérée vers l’aide et les soins à domicile. Et c’est précisément ce secteur qui doit maintenant accepter des réductions des contributions des assureurs maladie. C'est incompréhensible.

Au travers de cette décision, les cantons et les communes sont, dans l’ensemble, financièrement déchargés en tant que responsables du financement résiduel. Les dépenses des cantons et des communes seront réduites globalement puisque le financement résiduel auprès des établissements médico-sociaux (EMS) sera diminué considérablement (voir communiqué du DFI). Aide et soins à domicile Suisse s'attend donc à ce que la réduction des contributions résultant de la modification de l'ordonnance soit intégralement compensée par les responsables du financement résiduel.

Par sa décision, le DFI s’accommode délibérément de l’affaiblissement des soins ambulatoires. Aide et soins à domicile Suisse fera tout ce qui est en son pouvoir pour que les soins ambulatoires continuent à être rétribués de manière adéquate à l’avenir.

Communiqué du DFI

retour